La finance comportementale : biais cognitifs et impact sur les décisions d’investissement

La finance comportementale est une discipline qui étudie l’influence des biais cognitifs sur les décisions d’investissement des individus. Ces biais, issus de notre psychologie, peuvent conduire à des erreurs systématiques dans nos choix financiers et avoir un impact significatif sur nos performances en tant qu’investisseurs. Cet article vous propose d’examiner les principaux biais cognitifs identifiés par la recherche en finance comportementale et d’évaluer leur impact sur les décisions d’investissement.

Qu’est-ce que la finance comportementale ?

La finance comportementale est une branche de la finance qui s’intéresse aux comportements humains dans le domaine de l’investissement et de la gestion financière. Elle vise à comprendre comment les individus prennent leurs décisions financières, en tenant compte de leurs émotions, de leurs croyances et de leurs biais cognitifs. Cette discipline est née en réaction à la théorie classique de la finance, qui repose sur l’hypothèse d’une rationalité parfaite des agents économiques.

Dans la réalité, les investisseurs ne sont pas toujours rationnels et leurs choix peuvent être influencés par divers facteurs psychologiques. La finance comportementale cherche donc à identifier ces facteurs afin de mieux appréhender le fonctionnement des marchés financiers et d’aider les investisseurs à améliorer leurs performances.

Les principaux biais cognitifs en finance comportementale

Les chercheurs en finance comportementale ont identifié de nombreux biais cognitifs qui peuvent affecter les décisions d’investissement des individus. Parmi les plus importants, on peut citer :

  • Le biais de confirmation : il s’agit de la tendance à privilégier les informations qui confirment nos croyances préexistantes et à ignorer celles qui les contredisent. Cela peut conduire les investisseurs à se focaliser sur les signaux positifs concernant un investissement et à négliger les signaux négatifs.
  • Le biais d’ancrage : ce biais consiste à accorder trop d’importance à une information initiale (l’ancre) lors de l’évaluation d’un investissement. Par exemple, un investisseur peut être influencé par le prix d’achat initial d’une action et avoir du mal à ajuster son évaluation en fonction des nouvelles informations disponibles.
  • L’excès de confiance : il s’agit de la tendance à surestimer sa propre capacité à prendre des décisions d’investissement judicieuses. Les investisseurs trop confiants ont tendance à prendre des risques excessifs et à sous-estimer l’incertitude qui entoure leurs prévisions.
  • L’aversion aux pertes : ce biais se manifeste par une préférence marquée pour éviter les pertes plutôt que pour réaliser des gains. Les investisseurs affectés par l’aversion aux pertes ont tendance à conserver trop longtemps des positions perdantes, dans l’espoir de les voir se redresser, et à vendre trop rapidement les positions gagnantes pour sécuriser leurs gains.
A lire  Les marchés financiers : fonctionnement, acteurs et enjeux économiques

Impact des biais cognitifs sur les décisions d’investissement

Les biais cognitifs peuvent avoir un impact significatif sur les décisions d’investissement et, par conséquent, sur la performance des portefeuilles. Ils peuvent entraîner des erreurs systématiques dans l’évaluation des risques et des rendements potentiels, ainsi que dans la sélection et la gestion des investissements.

Par exemple, le biais de confirmation peut conduire un investisseur à surestimer la qualité d’un investissement en ne prenant pas en compte les informations négatives. De même, le biais d’ancrage peut amener un investisseur à conserver une action dont la valeur a baissé, dans l’espoir qu’elle revienne à son prix d’achat initial. L’excès de confiance peut inciter un investisseur à prendre des positions trop risquées, tandis que l’aversion aux pertes peut le pousser à vendre prématurément ses positions gagnantes.

Ainsi, les biais cognitifs peuvent nuire à la performance d’un portefeuille en entraînant une mauvaise évaluation du rapport risque-rendement ou en favorisant une gestion inadaptée des positions. Pour limiter leur impact, il est important pour les investisseurs de prendre conscience de leur existence et de s’efforcer de développer une approche plus rationnelle et objective dans leurs décisions d’investissement.

Conclusion

La finance comportementale met en lumière les biais cognitifs qui peuvent influencer nos décisions d’investissement et affecter notre performance en tant qu’investisseurs. Comprendre ces biais et leurs conséquences peut nous aider à adopter des stratégies d’investissement plus efficaces et à améliorer notre gestion financière.

En prenant conscience de l’existence de ces biais psychologiques et en cherchant à les contrôler, les investisseurs peuvent espérer minimiser leur impact sur leurs décisions d’investissement et optimiser leurs performances sur les marchés financiers.

A lire  VAE et qualité de vie au travail : comment contribuer au bien-être des salariés grâce à la formation